24 heures à la Porte d’Auteuil

C’est l’histoire de deux mecs à qui on a donné deux tours de cou bariolés. Témoignage édifiant d’un mardi pluvieux Porte d’Auteuil, sous un petit vent assassin.

Au quatrième stop, tournez à droite

La journée commence par la récupération de nos accréditations. Le courrier nous indique de nous présenter Porte B, ce que nous faisons avec grâce et élégance… sauf que nous ne savons pas où se trouve ce « centre de presse » qui détient nos badges. Après quelques mètres d’errance, lancés comme un frelon en panne de GPS, les deux personnes à qui nous demandons notre chemin n’ont aucune idée de l’emplacement tant recherché. Un tour de Chatrier plus tard, « tiens une porte Accueil, Accréditations, allons-y ! ». Cinq minutes de palabres après, « ah mais vous êtes presse Internet vous, ici c’est que la télévision ». Ben non en fait c’était pas évident sur votre porte. Mais notre chance est qu’enfin notre réceptionniste nous oriente au bon endroit. Nous voilà donc armés du précieux sésame. Le hors-sujet aura été court, on fera mieux la prochaine fois. La pluie ayant retardé les matchs d’une heure sur tous les courts, nous partons directement sur le deuxième match du court 17, où Volandri a rapidement disposé de Bagnis (6/2 6/3).

Le Saint Graal

Vous êtes arrivés.

Enfin du tennis !

Jules Marie (FRA) – Dusan Lajovic (SRB) (0/6 5/7)
Un match en deux temps : jusque 6/0 4/1, le jeune français de 21 ans, 296ème mondial, est clairement en difficulté sous les grands coups du Serbe (155ème ATP) qu’il ne parvient pas à gêner. Puis il se met à dérégler son adversaire à coups d’amorties et de quelques services-volées bien sentis. Lajovic fait un peu plus de fautes et le double break est effacé. Jules s’octroie même une balle de deuxième manche sur service adverse. Mais revenu à 5/5, il se fait breaker et l’aventure s’arrête là. Toutefois, cette deuxième manche est prometteuse face à un joueur classé 150 places devant lui.

« Je débute très mal le match, il m’a fallu un temps d’adaptation assez long. Puis je me suis adapté à son jeu, à la terre battue, je suis remonté, j’ai débreaké, j’ai eu une balle de set sur son service, qu’il a bien gérée d’ailleurs…je perds le match parce que je me suis réveillé trop tard mais c’était quand même super sympa de jouer ici. Je remercie la Fédération française qui m’a offert une Wild Card. Ce match-là, je le retiendrai toute ma vie. Une qualif de Grand Chelem, c’est pas tous les jours. »

Un peu de tension dans le premier set ?
« Pas trop de tension, ça allait, plus de l’appréhension… »

On a senti que tu le gênais un peu quand tu as commencé à casser le rythme avec des amorties et du service-volée…
« C’est vrai qu’en ce moment je fais beaucoup d’amorties en match, je sais pas pourquoi, c’est ma période « amorties » (rires). J’ai fait ce que je savais faire à la fin, pas au début malheureusement. Si je prends la balle de set, ça peut tourner… »

Ton programme sur les prochaines semaines ?
« Je repars sur 2/3 Futures en Espagne et Turquie, et cet été des challengers si je suis dans les tableaux. »

Arthur de Greef (BEL) – Marius Copil (ROU) (6/4 7/5)
On ne l’avait pas mis dans nos pouliches mais on avait coché son nom, le jeune Belge (21 ans) a été bon après 3 jeux de rodage où il ne trouvait pas son rythme face au roumain au gros service et à la volée déficiente. De beaux échanges, une deuxième manche qui aurait pu mal tourner en se retrouvant mené d’un break, mais Arthur a su rester calme, ce qui n’est pas sa première qualité. Une bonne victoire donc.

Des difficultés à démarrer aujourd’hui ?
« J’ai pas vraiment mal démarré, j’étais un peu surpris de son jeu au début, je le connaissais pas du tout. J’ai fait quelques erreurs et comme il sert bien, ça a vite fait 3-0. Après je me suis pas énervé, j’ai un bon jeu pour le battre et les conditions m’aident beaucoup vu qu’il fait lourd avec la pluie. »

Aujourd’hui, c’est la meilleure victoire de ta carrière ?
« J’avais déjà battu Raonic mais pas encore quand il était top 15. Ça doit être une de mes plus belles victoires oui. »

Cette victoire confirme ton bon début de saison avec une 1/2 en challenger…
« Oui, pour le moment ça se passe pas trop mal, même si je menais 6/1 4/1 contre Mannarino à Naples, ça aurait pu être la plus belle victoire…finalement, c’était pour aujourd’hui »

Prochain tour, Rochette ou Michon… (ça sera Michon)
« Niveau classement, ils sont plus loin que Copil mais ça ne veut rien dire. Ici dans les qualifs tout le monde peut battre tout le monde…je peux perdre comme je peux gagner. »

Jiri Vesely (RTC) – Denys Molchanov (UKR) (7/6 6/2)
Pour son entrée en lice le Tchèque a fait le boulot, sans forcer. Avec peu d’engagement en retour pendant le premier set, il se retrouve embarqué dans un long tie-break remporté 9-7 sans que cela ne paraisse évident. Relativement déçus de la première manche, nous ne verrons pas Jiri dérouler dans le deuxième set. A suivre donc, ainsi que ses coachs lui hurlant « Pojd ! » (et qui s’entend « Potje ! ») entre chaque point. A votre avis, essayaient-il de faire ami-ami avec nous, ou bien reproduisaient-ils le bruit du périphérique ?

Maxime Teixeira (FRA) – David Guez (FRA) (6/2 6/3)
On avait croisé Maxime dans les allées plus tôt dans la journée, il nous disait vouloir jouer son jeu sur la terre très humide et il l’a bien fait face à un David Guez qui a fait beaucoup de fautes. Plus sûr dans son jeu, Teixeira l’emporte logiquement et fait honneur à sa wild-card.

« Ça tient toujours à cœur de bien jouer ici donc je suis hyper content. Récemment, j’ai perdu beaucoup de matchs en 3 sets, donc là je suis vraiment content d’avoir tenu jusqu’au bout.

Cipolla maintenant en approche ?
Cipolla, c’est quelqu’un qui fait pas de fautes, qui fait jouer, ça peut être long ! Faut que je sois patient, que je reste dans ma filière.

Sinon, c’est quoi cette tenue ? C’est pour la DDE ?
La tenue c’est pour qu’on me remarque (rires). Asics a réussi son coup ! »

(pour comprendre la dernière question, on vous laisse deviner dans ce tweet de Kenny de Schepper la tenue de Maxime!)

Le point PMU

Côté joueurs à suivre, les deux premiers joueurs sur lesquels nous pariions avant le début de ces qualifications nous ont plutôt déçus : Vesely n’a pas montré grand chose et nous avons vu Pablo Carreno Busta souvent plier contre le puissant Allemand Meffert mais il s’en est sorti 7/6 7/5. Nous ne les avons pas vus, mais Ungur (6/3 6/3 contre Andrej Martin), Reister (6/2 7/5 contre Setkic) et Gabashvili (7/5 6/7 6/2 contre Dasnieres de Veigy) ont aussi passé le premier tour.

Du côté des trentenaires, Robby Ginepri n’a pas fait illusion face à Flavio Cipolla (3/6 1/6) qui jouera Teixeira au prochain tour. Igor Andreev a pris la porte face à Stéphane Robert (1/6 6/4 5/7). Et puisque vous le réclamez à corps et à cris Danai Udomchoke a marqué trois jeux cette année pour son séjour parisien (1/6 2/6 contre Joao Souza).

Terminons sur nos bleus qui étaient sur la Terre à défaut d’être dans le ciel. Johan-Sébastien Tatlot a eu la malchance de tomber sur la tête de série n°2 Vasek Pospisil, mais à fait preuve de combativité en revenant de 4/1 à 4/4 dans le deuxième avec de beaux rallyes du fond du court (2/6 4/6). Nicolas Renavand n’a pas existé dans la manche décisive contre Ilya Marchenko alors qu’il avait brillamment réussi à prendre le deuxième set. OK on n’a vu que trois jeux du troisième set, mais c’était bien assez (6/7 6/2 0/6). Mathias Bourgue a saisi l’occasion face à Brydan Klein (7/6 6/3). Le jeune (18 ans) Calvin Hemery a perdu 6/1 6/2 face à Matthias Bachinger mais a pris date devant un parterre de la FFT (Forget, Hagelauer, Dechy…).

Share Button

6 réponses à 24 heures à la Porte d’Auteuil

  1. merci ! très sympa ce résumé, et content que le thailandais ait mis 3 jeux! c’est 3 fois plus que l’année dernière, l’année pro c’est sur il gagne un set! je ne connaissais point ce petit belge sinon, De Greef.. jvais lsuivre un peu s’il confirme

  2. Merci pour ce résumé d une journée de tennis,heureusement que la pluie n a pas dure sinon cela serait une cata pour ces qualifs.

  3. Lajovic a normalement confirme comme Johnson qui a etrille Wu!!!Les 3 francais out
    Deception pour Huta Galung qui va retourner avec Marie ,faire des futures en Turquie!!!lol

  4. ah si quand meme,l exploit chez les femmes de Buyukakcay ,la Turque qui a sorti l Italienne Burnett autrement plus experimenté sur terre et qui venait surement ici avec quelques ambitions,au moins d atteindre le tableau final.

  5. Merci pour ce résumé Nelson ! Que que que quel dommage udomchoke s’arrête déjà dans ce tournoi ! Sinon de Greef c’est de la même famille qu Alain ? Plus sérieusement j espère que nos petits français arriveront jusqu’au grand tableau !

  6. Je viens de voir que josselin ouanna était déjà sorti, il avait pas fait un bon truc l an dernier ? Et Riba sur terre ça peut peut être allez au bout…des qualifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *