24 heures dans la vie de Benoît Paire

Adulé par les uns, détesté par les autres : Benoît Paire ne laisse personne indifférent. En exclusivité pour Double Faute, notre reporter de l’extrême Lionel Kamoulox a pu suivre le français dans son quotidien pendant une journée.

8h : Réveil. Benoît se prépare un grand bol de céréales, avec jus d’orange, fruits et yaourt. « C’est pas mal, mais il me manque un truc…ah voilà ! ». Il rajoute un saucisson et des rillettes à son plateau, et tweete :tweet-paire1

8h30 : Toilette matinale à la salle de bains. Benoît se saisit de sa brosse à dents, met du dentifrice, mais au moment de commencer, il se décale et passe en brossage à deux mains.

9h : On sonne à la porte. C’est le facteur. « Bonjour, c’est bien ici la livraison des 200 caleçons Bjorn Borg ? »

10h : Entrainement avec Lionel Zimbler, son coach. Mais d’abord, débriefing du match de la veille. « Il aurait fallu mettre plus d’intensité dans les frappes. Subir le jeu adverse, ce n’est pas la bonne tactique à adopter. » L’OM s’est en effet incliné 2/0 en Ligue des Champions.

10h15 : Au programme ce matin : du foncier. « Encore ?! C’est déjà la 3ème fois cette année, et on est qu’en Novembre ! » « C’est pour ton bien, Ben, je t’assure ! »

10h23 : Fin de l’entraînement physique. « On peut pas plutôt travailler les coups entre les jambes ? », demande Benoît. Résigné, Zimbler accepte. « Bon, 8 minutes de physique, ça fait toujours 3 de plus que la dernière fois. »

13h : Repas. Zimbler accueille un nouveau membre de l’équipe : « Benoît je te présente Jérôme Bonduelle, il est nutritionniste et va t’aider à mieux équilibrer tes repas. Benoît ? Benoît ? »

13h30 : Benoît arrive à sa pizzeria fétiche. « Ah, signori Paire, votre table habituelle ? ». Benoît commande une Regina, et s’apprête à tweeter la photo de son repas. Mais il se ravise : « Non, on va encore dire que je fais n’importe quoi. » Il finit sa pizza, puis rappelle le serveur pour une deuxième commande. Quelques minutes plus tard, il tweete :

paire_tweet2

14h30 : De retour chez lui, Benoît trouve un avis de passage du facteur. « Votre commande de 50 écharpes en tricot est arrivée. »

15h : Benoît allume la télé et tombe sur RMC Découverte : « L’histoire de la barbe de 1250 à nos jours ». Benoît prend son téléphone et envoie un SMS : « Stan, je crois qu’on va passer dans un documentaire !!! »

16h : Deuxième entraînement du jour. Au programme : des gammes de coup droit. Benoît en rate un, puis deux. « Lio, on arrête, j’arriverai plus jamais à faire un coup droit potable dans ma carrière. » Zimbler tente de le rassurer. « Tu sais Ben, Murray a gagné un Grand Chelem avec un coup droit de limace asthmatique ! ». La discussion s’engage.

17h : Un employé de La Poste arrive sur le terrain. « M. Paire, votre colis de 30 paires de chaussettes Bob L’éponge est bien arrivé. »

18h : La discussion se poursuit. « Non mais Lio, tu crois pas que le vrai sens de la vie, c’est d’essayer de savoir d’où l’on vient et où l’on va ? »

18h30 : La discussion se termine. Zimbler prépare un chèque pour un abonnement d’un an à Psychologies Magazine.

19h : Repas du soir avec le coach. Petit moment de détente en attendant le dîner : une partie de ping pong. Zimbler ne touche pas la balle. « Qu’est-ce que tu fous Benoît, arrête ces amorties rétro ! ». Déconcentré, la balle de Benoît touche le filet et sort de la table. Énervé, il fracasse la raquette contre la table. La raquette tient bon. « Mine de rien, il a quand même bien progressé le petit, j’aurai pas à racheter une table comme l’an dernier », se dit Zimbler.

20h : Il est temps de passer à table. Au menu : poulet-mayonnaise. Zimbler demande le pot de Bénédicta. Benoît s’exécute, lance le pot, mais il tombe et se casse. « Tu vois quand je te dis que tu abuses parfois des amorties… »

22h : Séance cinéma. Dans la queue, un homme double toute la file pour passer au guichet. La foule le hue. Benoît, paniqué, a un flashback : « Arrêtez, bande d’abrutis, vous n’y connaissez rien !! ». Il quitte le cinéma en applaudissant ironiquement les gens qui le regardent, éberlués.

22h30 : Benoît s’arrête au vidéo-club. Il choisit quelques DVD pour le week-end : Shining, Donnie Darko, Psychose, Fight Club.

23h : Petite partie de Virtua Tennis. Benoît choisit d’abord Marat Safin. « Y a pas de touches pour casser sa raquette ? ». Finalement, il choisit Fabrice Santoro et passe en mode difficile. Il commence son match avec une combinaison R2 + bas : amortie réussie.

23h30 : La touche R2 de la manette ne marche plus.

Minuit : Il est temps de se coucher. Benoît se repasse l’intégrale de James Blunt pour s’endormir, en lisant quelques chapitres de « Docteur Jekyll & Mr Hyde ». Il s’endort en rêvant d’un revers gagnant en finale de Roland Garros.

Life's a bitch

Life’s a bitch

Share Button

2 réponses à 24 heures dans la vie de Benoît Paire

  1. Merci, on en veut encore 😉
    Et bonne chance en 2014 pour Benoit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *