5 questions sur les qualifs hommes de Roland Garros 2015

1. Combien d’anciens vainqueurs juniors s’extirperont des qualifications ?

Alors que le vainqueur 2014, le russe Andrey Rublev, a snobé l’invitation des organisateurs et a préféré le lac de Genève (« Ce n’est pas très grave » – « et puis les sandwiches du Player’s Lounge sont assez dégueulasses en plus »), ils sont 3 anciens lauréats à se présenter sur la ligne de départ.

Le ricain Bjorn Fratangelo, vainqueur en 2011 et 147ème ATP, a gagné son premier challenger cette saison lors de la tournée australienne. Après une transition juniors -> seniors difficile et plusieurs blessures qui l’ont freiné dans son développement, il suit désormais une progression régulière et il ne serait pas surprenant de le voir passer les 3 tours tout en haut du tableau.

Le belge Kimmer Coppejans, vainqueur en 2012 et 109ème ATP, est déjà connu de nos 14 lecteurs : on l’avait en effet interviewé il y a 2 ans après sa victoire au Futures d’Ostende. Après avoir échoué au dernier tour des qualifs l’an dernier, Coppejans semble avoir passé un cap : un premier titre en challenger fin 2014 sur la terre marocaine de Meknès, et déjà deux titres supplémentaires cette saison (Guangzhou sur dur et Mersin sur terre, en plus d’une finale à Turin). Là aussi, un tableau a priori accessible pour pouvoir boire une Kriek à sa santé.

Enfin, le chilien Christian Garin, vainqueur 2013 et 249ème ATP, risque d’avoir plus de difficultés : outre un premier tour difficile contre l’espagnol Munoz De La Nava Soupalognon Y Crouton, il n’arrive qu’avec 1 victoire glanée sur les 2 derniers mois.

 

2. Andre Ghem va-t-il connaître la joie d’un tableau final de Grand Chelem ?

Vous ne le connaissez sans doute pas, mais à bientôt 33 ans, le brésilien Andre Ghem est en pleine bourre. La semaine dernière, il a obtenu son meilleur classement en carrière (142ème ATP) et était en 1/4 de finale du challenger de Bordeaux. Arpentant le circuit secondaire depuis déjà 10 ans, Ghem ne compte que deux victoires sur le circuit principal : une contre Soeda à Dusseldorf en 2013, 7 ans (!) après la première, à Bahia en 2006, où il battait un certain…Gustavo Kuerten (déjà en fauteuil roulant certes).

Ghem le carioca est parfois surnommé « l’Allemand » : pour financer sa vie sur le circuit, il participe depuis de nombreuses années à la lucrative Bundesliga allemande. Avec à son palmarès un seul titre en challenger (Joinville en 2007 – rien à voir avec Bob Marley), Ghem est encore un exemple que les trentenaires se portent de mieux en mieux sur le circuit.

Avouez qu’il a une bonne bouille !

 

3. Qui va le plus rentabiliser son voyage dans le 16ème arrondissement ?

Chaque année c’est la même chose : il y a toujours des petits malins qui viennent faire un peu de tourisme et prendre leur chèque (et ils auraient tort de s’en priver). Les nominés au prix « La Bonne Paye » cuvée 2015 sont :

– le japonais Hiroki Moriya, qui a réussi l’exploit de marquer 2 jeux en 2 matchs de terre battue l’an dernier

– l’aussie Luke Saville, qui n’a plus rejoué sur terre battue « européenne » depuis 2012

Nikoloz Basilashvili, Michal Przysiezny et Farrukh Dustov, qui arrivent manifestement blessés

Julian Reister, Peter Gojowczyk, Benjamin Mitchell et Pere Riba, qui n’ont pas rejoué depuis plusieurs mois mais qui bénéficient d’un « classement protégé » (une sorte de joker que les joueurs peuvent utiliser un certain nombre de fois après s’être fait un gros gros bobo).

 

Passion années 90

 

4. Qui sera élu le « Super Papy » des qualifs ?

La lutte promet d’être acharnée entre Stéphane Robert, 35 ans depuis hier, Jan Hernych, 35 ans et 10 mois, et le grand favori de la compétition, Ruben Ramirez-Hidalgo, 37 ans et 5 mois, et encore compétitif avec 1 titre en Futures et 2 demies en challenger cette saison…

 

5. Quels joueurs aller voir pour vous la péter dans 5 ans quand il aura atteint le top 10 mondial et que vous direz à vos potes « Ouais, je le connais depuis longtemps, j’étais à son premier tour de qualifs à Roland 2015 en haut du court 17 sous la pluie » ?

Outre les 3 anciens vainqueurs juniors évoqués précédemment, on serait tenté de parler du coréen Hyeon Chung, qui enchaine les victoires en challengers et qui est déjà 69ème mondial, mais il risque de servir à rien après un long voyage Corée -> Paris et aucune préparation sur la surface. En plus il est là uniquement par fayotage, et nous en classe on était plutôt du genre à s’asseoir au fond à côté du radiateur (bon c’est pas vrai mais c’est pour l’article).

Alors on citera :

Corentin Moutet, qui n’a pas encore l’âge de regarder Canal+ le premier samedi soir du mois, considéré par certains observateurs comme potentiel vainqueur de Roland dans les prochaines années. Comment ça on disait pareil pour Gianni Mina ?

Germain Gigounon, qui ne gagnera sûrement pas de Grand Chelem, mais qui a montré de belles choses dans les challengers sud-américains au printemps (joli revers à une main)

Laslo Djere, ancien n°3 junior, qui commence à pointer le bout de son nez ici ou là

Blaz Rola, sur qui on avait écrit un article il y a quelques temps, et qui va bien percer un jour ou l’autre (en fait on en sait rien mais fallait trouver un dernier nom et y avait ça dans les archives).

 

Pour le reste on attend vos compte-rendus de matchs si vous y allez et que vous avez des choses intéressantes à dire (pas comme nous quoi). Bon Roland Garros à tous !

Share Button

2 réponses à 5 questions sur les qualifs hommes de Roland Garros 2015

  1. Bonjour,

    Je fais parti des 14 lecteurs!!

    Et j’aime vraiment beaucoup le style de la rédaction: dérision mais au final une super connaissance du circuit (secondaire notamment).

    Toujours un plaisir de vous lire.

  2. Un débrief post roland serait bienvenu ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *