Flashback : Wawrinka – Djokovic, Australian Open 2013

Lorsque l’on s’interroge sur le plus beau match de l’année 2013, on pense d’abord à la demi-finale Djokovic – Nadal à Roland Garros où l’espagnol l’emporta 9-7 au cinquième set. Mais en terme d’intensité, un match a survolé les débats : le 1/8ème de finale de l’Open d’Australie entre Novak Djokovic (encore) et Stanislas Wawrinka. 5 heures et 2 minutes de pur bonheur. Accrochez-vous, DoubleFaute va vous refaire vivre ce match comme si vous y étiez.

header

A quelques heures de la revanche de ce 1/8ème de finale, retour sur le match le plus spectaculaire de l’édition précédente. Les tours précédents ont été une formalité pour les deux joueurs : le suisse, tête de série numéro 15, se débarrasse des Allemands Stebe, Kamke, puis de Querrey, tandis que le numéro 1 mondial bat notre Paulo national, Harrison et Radek « le tombeur de ces dames » Stepanek. La Rod Laver Arena bat son plein en cette fin de journée dominicale. Les deux acteurs pénètrent sur le court, déjà concentrés à bloc. Novak gagne à pile-ou-face et prend la main. « Messieurs, jouez ! ».

Le Serbe remporte brillamment son premier jeu. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que celui-ci sera le seul qu’il glanera dans ce set. En effet, dès les premiers échanges le public comprend que le Djoker va avoir affaire à un sacré client. Et cela se confirme lorsque Wawrinka sort vainqueur d’un incroyable rallye, lui offrant le double break. 4-1, service à suivre. Boum. Stan est parti et Nole ne le reverra plus. 6-1 en 25 minutes. Le public est un peu à l’image de Djoko : incrédule. Mais ravi à la fois.

Le deuxième set démarre sur les mêmes bases. Wawrinka, en plus d’aligner praline sur praline au service, prend la balle plus tôt et agresse dès que possible le Serbe. Et ça paye. A la suite d’un revers long de ligne qui fait mouche, Stan fait le break et confirme son service dans la foulée. 4-1 puis 5-2. Djoko sent le danger et enclenche le mode Playstation. C’est la mission Remontada. Il ne fait quasiment plus aucune faute directe tandis que le bras du Suisse se tend un peu au moment de servir pour mener deux sets à rien. La sanction est immédiate : débreak puis break dans la foulée. 6-5 Djokovic, service à suivre. Il remporte sa mise en jeu sans souci et recolle à un set partout. Le match est lancé !

Toujours sur son petit nuage, Novak fait le break d’entrée. Qu’à cela ne tienne, Stan stoppe (enfin) l’hémorragie en débreakant le serbe dans la foulée. Les deux joueurs ne se lâchent pas et tiennent leur mise en jeu jusqu’à 4-4. Moment choisi par le Djoker pour punir une montée hasardeuse du suisse d’un passing court croisé imparable. 15-40. Wawrinka est dos au mur. La deuxième balle de break est la bonne. Djokovic remporte un nouveau rallye au fond de court et exulte ! Et comme lors du set précédent, il ne tremble pas sur son service au moment de conclure. 6-4.

On pourrait croire Wawrinka abattu après la perte de ces deux sets mais il n’en est rien. Le compatriote de Federer reste fidèle à son plan de jeu en s’appuyant sur un service canon et un revers à une main qui fait des ravages, surtout lorsqu’il est lâché le long de la ligne après une diagonale de coup droit. Les deux acteurs sont au top et jouent leur plus belle partition. Personne ne parvient à prendre l’avantage sur l’autre et c’est donc logiquement qu’on se dirige vers un tiebreak. On soulignait la qualité du revers du numéro 17 mondial et c’est grâce à un missile décoché le long de la ligne que Stan fait le mini-break d’entrée. 2-0, puis 3-0. Le Suisse fait la course en tête et se retrouve à 6-3. Djokovic sauve les deux premières mais ne peut rien sur la troisième : Wawrinka remporte un somptueux échange de 21 points et exulte à son tour ! Les 15 000 spectateurs de la Rod Laver Arena sont debout. C’est la folie dans les gradins ! Eux qui ne s’attendaient pas à voir le numéro 1 mondial aussi bousculé, vont avoir droit à un cinquième set.

Les deux acteurs perdent chacun leur mise en jeu d’entrée. Tous les points sont accrochés en ce début de dernière manche. 18 minutes pour faire 3 jeux, ça vous donne un léger aperçu de la bataille. On se dit que ça peut encore durer un bon moment. Nole semble prendre l’ascendant physique, infligeant l’essuie-glace de plus en plus souvent à Stan, et prenant le filet à chaque opportunité. Mais Wawrinka continue à servir le plomb et son revers le maintient en vie. 4-3 Djokovic, l’horloge affiche quatre heures de jeu. Wawrinka commet alors sa première double faute du match et offre une balle de break au Serbe. Mais sur le point suivant l’attaque de Djoko finit dans le filet. Stan remporte finalement son jeu de service et se tape le cœur. Le Suisse se sent pousser des ailes et se retrouve à 15-40 sur service adverse. Novak sauve la première d’un amorti, puis le revers de Stan finit à son tour dans le filet.

Pas du genre à abdiquer, Iron Stan se procure une troisième balle de break, puis une quatrième… Sur cette dernière, son retour est annoncé faute. Il hésite à demander un challenge, mais l’arbitre de chaise lui confirme que la balle est dehors. Pourtant le Hawk-Eye prouvera le contraire aux téléspectateurs. L’occasion de breaker est passée. Les deux joueurs remportent « assez » tranquillement leur mise en jeu et le score défile sur le tableau d’affichage. 6-6, 8-8, 10-10… Jusqu’où ira-t-on ?

Le Serbe a l’avantage de mener au score, ce qui place le numéro 2 suisse en mode survie à chacun de ses engagements. On approche des cinq heures de match et ils frappent toujours la balle aussi fort, en gambadant aux quatre coins du court. A 11-10, 40A, Nole se procure sa première balle de match grâce à un passing chanceux qui touche la bande du filet. C’est sauvé par Stan d’une grosse première. La deuxième balle de match suit et c’est de nouveau sauvé grâce à un énorme revers le long de la ligne. Classique. Le Suisse harangue la foule, qui en veut encore !

Mais la première balle se grippe et il n’arrive pas à confirmer son jeu de service qui dure depuis dix minutes déjà. Et voilà qu’il rate un revers facile à 40-40, offrant une troisième balle de match à Novak. Pas de première pour Stan… L’échange s’engage, ça cogne sec des deux côtés. Le Serbe rentre dans le court et distribue mais Wawrinka contre bien et la donne change. C’est maintenant Stan qui dirige les opérations et espère achever son adversaire sur une montée en revers slicé. Sauf que Djokovic n’est pas numéro 1 mondial pour rien, il riposte d’un subtil passing de revers court croisé et met le Suisse à genoux. C’est gagné ! Le Djoker peut bien déchirer son t-shirt, il revient de loin. Encore une fois, il a montré au monde du tennis qu’il possédait un mental hors du commun. Il battra ensuite Berdych, Ferrer et enfin Murray en finale pour remporter son troisième Open d’Australie consécutif. La passe de quatre cette année ?

Article écrit par Amaury (@elrealmodee)

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *