Interview : Edouard Roger-Vasselin

Actuellement à Acapulco où il a été éliminé au 1er tour par Féliciano Lopez, Edouard Roger-Vasselin a répondu à nos questions entre deux plongeons dans la piscine de l’hôtel. Le tennisman de La Baule, 35ème mondial (son meilleur classement), revient sur sa semaine à Marseille, nous parle de sa carrière en simple et en double, et répond à nos questions décalées… Un grand merci à lui d’avoir joué le jeu, ainsi qu’à son agent Marc Legris pour avoir rendu possible cette interview !

ERV_Lacoste

Double Faute : Revenons tout d’abord sur ta semaine à Marseille, où tu as atteint les 1/4 en simple et remporté le double avec Julien Benneteau : a priori, ça a été une bonne semaine ?

Edouard Roger-Vasselin : Très bonne semaine oui, même si j’avais une petite douleur au genou. Mais finalement rien de grave.

Il y a eu un petit incident après ton match contre Stakhovsky : il a tweeté après match que tu simulais ta douleur au genou. Tout d’abord, comment va ce fameux genou et ensuite est-ce que tu t’en es expliqué avec lui ? Vas-tu t’inscrire au cours Florent dans les prochains mois ?

ERV : Tout va bien plus de bobos au genou. Il n’est jamais bon de dire des choses à chaud en sortant du court. La preuve une nouvelle fois avec ce tweet. Sans vouloir polémiquer, si c’est son excuse pour avoir perdu et bien dommage pour lui. Pour les cours Florent je laisse ma place à d’autres joueurs …

Cette semaine, tu es à Acapulco. Qu’est-ce que tu apprécies le plus là-bas, le tournoi, les plages avec Benoit Paire ou les mojitos du « Havana Club » ?

ERV : Benoit n’a pas pu venir à cause de sa blessure au genou. Bien dommage car on aurait bien rigolé c’est certain. Du coup, après les défaites en simple et double, c’est farniente pendant 2 jours .

 

Parlons de ton début de saison. Une finale à Chennai perdu contre un mec qui marche pas trop mal, et un 3ème tour à l’Open d’Australie perdu de très peu contre Kevin Anderson. Déception ou satisfaction ?

ERV : Déception de ce match mais satisfaction de mon tournoi malgré tout.

Quels sont tes objectifs en simple pour le reste de la saison ? Un titre ATP, une 2ème semaine en Grand Chelem ou une grosse perf’ en Masters 1000 ?

ERV : Je préférerais un titre bien sur. Mais une 2ème semaine en GC reste un objectif tout comme un titre !

Ta saison 2013 a été ta meilleure saison en simple, quels en ont été les meilleurs moments ?

ERV : Le meilleur moment est ma victoire contre Isner à Delray Beach. Première accession en finale et première victoire sur un top 20 depuis longtemps donc c’était très bon! :)

« A moins d’être exceptionnel, je pense qu’il va être de plus en plus difficile de percer très jeune »

Tu joues donc ton meilleur tennis à 30 ans. C’est une règle qui tend à se développer de plus en plus, avec aussi des joueurs encore en activité à 35 ans ou plus (Stepanek, Russell, Gicquel…). Pourquoi voit-on moins de « jeunes » percer tôt depuis quelques années, est-ce une question de maturité physique et mentale ?

ERV : Avec l’âge, on a plus d’expérience, on se connait mieux, on fait moins d’erreurs. On a également plus d’entrainement derrière nous, donc si on évite les blessures je pense qu’on peut encore s’améliorer après 30 ans. Donc à moins d’être exceptionnel, je pense qu’il va être de plus en plus difficile de percer très jeune.

De ton côté, penses-tu encore avoir une marge de progression ? Vas-tu nous péter un dernier carré en Grand Chelem dans les 5 ans ?

ERV : Oui comme je le disais juste avant, je pense que je peux encore progresser. Tout est lié, si je progresse physiquement, ça influera sur ma technique et mon mental. Faire péter un dernier carré ça me parait compliqué, mais pourquoi pas :)

A chaque interview que tu donnes, il y a systématiquement une question sur ton père. Voici la nôtre : as-tu proposé à Joakim Noah un petit match en 3 sets gagnants histoire de venger ton paternel ?

ERV : Bonne idée ! J’ai des chances de lui mettre la même raclée qu’il a mise à mon père !

2013 a également été ta meilleure saison en double avec notamment une 1/2 à Wimbledon avec l’indien Rohan Bopanna. Cette saison tu joues donc avec Julien Benneteau, objectif Masters ?

ERV : Absolument !

Tu as du coup obtenu une carte de membre à vie du All England Club. A quoi ça te donne droit exactement ? Content d’aller prendre le thé et jouer au bridge avec des papys de 80 ans ?

ERV : Je ne suis pas membre. Je fais partie du « last 8″ ce n’est pas pareil. En tant que « last 8″ je peux venir à vie pendant le tournoi mais pas à d’autres moments. Il y a une petite salle spéciale, j’irai peut être prendre le thé avec Newcombe cette année !

Edouard et Rohan avaient beaucoup travaillé leur tennis à l'aveugle (photo : Hindustan Times)

Edouard et Rohan avaient beaucoup travaillé leur tennis à l’aveugle (photo : Hindustan Times)

« Pour la Coupe Davis, en double, je suis dans le bon peloton »

A l’avenir, continueras-tu à jouer sur les 2 tableaux (simple et double) ?

ERV : Le plus important reste le simple mais si je veux jouer en Coupe Davis faut que je reste très bon en double. Et un titre en GC me parait plus accessible en double qu’en simple !

Quel est ton avis sur les propos de John McEnroe, qui a descendu en flèche (sans doute après quelques Bud de trop) les meilleurs joueurs de double du moment ?

ERV : Le double fait partie de l’histoire du jeu. Mais heureusement que pas mal de joueurs de simple le jouent encore.

Parlons un peu de la Coupe Davis. Avec tes performances, penses-tu mériter une sélection ? Si jamais tu es appelé en tant que « 5ème homme », seras-tu prêt à couper les oranges ?

ERV : En simple, il y a beaucoup de joueurs devant moi donc à moins d’une hécatombe, je ne pense pas jouer en simple. En revanche en double je suis dans le bon peloton. Je couperai même les citrons s’il le faut !

Tu as longtemps joué en challengers. Comme tu connais bien les deux « mondes », quelles sont les différences majeures avec le circuit ATP ?

ERV : Le public et le prize money !

As-tu une ou deux anecdotes à nous raconter de tes périples en seconde zone ?

ERV : J’ai dormi une nuit par terre dans l’aéroport de Tashkent [en Ouzbékistan] à cause d’un problème de visa . Les gens du tournoi s’étaient trompés sur l’orthographe de mon nom donc il fallait le modifier et ils revenaient le lendemain !

As-tu vu une différence entre ta période en challengers et depuis que tu es dans le top 50 ? Forcément on peut penser qu’attirer des sponsors a été plus facile pour toi ces derniers mois…

ERV : Sponsors pas vraiment. Mais il est certain que le prize money n’est plus le même. Etant résident français je ne peux pas faire de folies non plus.

Le circuit challenger galère un peu, avec des sponsors et des tournois qui disparaissent. Aurais-tu des propositions à faire pour améliorer le quotidien de ces tournois et des joueurs qui finalement composent la majorité du circuit ? Chris Kermode, le nouveau patron de l’ATP, a récemment donné une interview où il explique vouloir rehausser le prize money des challengers, grâce notamment aux rentrées d’argent du streaming…

ERV : Toute proposition pour trouver sponsor ou augmenter le prize money est bonne à prendre car les joueurs en challengers galèrent un peu. Ils n’ont pas les moyens de se payer un coach à plein temps par exemple. Mais je ne me fais pas de soucis pour le circuit en général. Il y a des tournois qui disparaissent mais il y a la volonté d’en créer d’autres.

Plus fort que Brigitte Bardot, Edouard se bat pour sauver les animaux de la banquise

Plus fort que Brigitte Bardot, Edouard se bat pour sauver les animaux de la banquise (photo : Twitter)

Pour terminer, 5 questions décalées, tu n’as droit qu’à un joker…
Question Stepanek : quelle joueuse t’aimerais bien draguer sans que ta femme le sache ?
Aucune !
Question Gulbis : qui est le joueur le plus dingue du circuit ?
Tursunov
Question Gasquet : cite-nous un mec un peu loin au classement mais qui est « très très fort » ?
Prodon
Question Donald Young : quelle est la défaite dont tu as honte ?
Il y a 4 ans en tournoi français contre [Xavier] Pujo. Reprise sur terre, je tombais tous les 3 points on aurait dit Bambi.
Question Tomic : qui est le mec le plus insupportable du circuit ?
Verdasco et Lopez

Merci beaucoup Edouard et bonne chance pour la suite de la saison !

Share Button

Une réponse à Interview : Edouard Roger-Vasselin

  1. Génial ! Merci beaucoup. Haha bien joué pour le joker de la question bonus ^^. Faut dire qu’après Radek il reste plus grand chose ou alors il est déjà passé avant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>