Interview – Jérôme Inzerillo

Récent 1/4 de finaliste du challenger de San Benedetto en Italie, Jérôme Inzerillo a répondu à nos questions. Il nous parle de ses succès chez les jeunes et de la vie sur le circuit secondaire, pas toujours rose…

Où et quand as-tu commencé le tennis ?

Jérôme Inzerillo : J’ai commencé le tennis à Vitrolles à l’âge de 6 ans, je faisais aussi du foot, puis à 9 ans j’ai choisi le tennis car c’était compliqué de faire les 2.

Parle-nous de ta carrière chez les jeunes…

J.I. : J’ai presque tout gagné étant jeune, championnat d’Europe, championnat du monde. Une grande victoire aussi à l’US Open avec mon pote Jon [Jonathan Eysseric], c’était une sensation incroyable même si c’était juste en juniors, c’était un de mes plus beaux titres.

Tu passes professionnel en 2008 : quelles différences avec les juniors ?

J.I. : L’enchaînement avec le monde professionnel a été plus compliqué, j’ai souvent eu des blessures chaque année et j’ai jamais pu jouer à fond une année entière.
Ce n’est pas du tout le même monde, quand tu arrives en Futures tu joues tout de suite des morts de faim qui jouent leur vie, toi tu sors des juniors, tu te crois beau et fort mais bon tu gagnes pas beaucoup de matchs. C’est beaucoup plus difficile de gagner des matchs.

En 2011, saison difficile pour toi où tu es absent des courts pendant quelques mois…

J.I. : Oui, j’ai eu une grave blessure au poignet (rupture du ligament), j’en ai eu pour 7 mois donc ça a été encore un moment difficile, et j’ai dû repartir à zéro.

Ta saison 2012 est par contre la meilleure pour toi : premiers titres en Futures et premier 1/4 en challenger.

J.I. : Oui, c’est la meilleure pour le moment, sans aucune blessure, donc déjà ça aide forcément à pas redescendre au classement, puis avec un peu plus de maturité, de confiance, ce qui explique ce début de saison.

Quelles sont tes ambitions pour la fin de saison et à long terme ?

J.I. : Pour la fin de l’année j’aimerais bien finir l’année sous les 300 ou aux alentours de la 250ème place pour pouvoir jouer les qualifs en Australie, puis à long terme intégrer le top 100.

T’as gardé contact avec tes « concurrents » juniors ? Quand tu vois Martin Klizan [que Jérôme a rencontré en finale des Europe juniors en 2006] maintenant dans le top 100, ça te motive encore plus j’imagine ?

J.I. : Oui j’ai encore pas mal de contacts avec les français, un peu moins avec les étrangers. Puis bien sur que ça me motive, quand je vois des joueurs que je battais jeune qui se retrouvent top 100, je me dis que c’est possible.

Niveau coaching, je crois que tu es entraîné par Lionel Zimbler [qui s’occupe aussi de Benoit Paire]…c’est un vrai clan de sudistes ! Pas trop de Ricard aux apéros ? 😉

J.I. : Oui, on a une structure avec Lionel Zimbler et Rodolphe Cadart, Lionel s’occupe plus des pro et Rodolphe des plus jeunes. Non, on est raisonnable sur l’alcool 🙂

Comment tu définirais ton style de jeu ? Quelle est ta surface favorite et ta pire surface ?

J.I. : Mon jeu est complet, je sais défendre, je sais attaquer, maintenant il faut que je trouve le juste milieu entre les 2, ce qui est compliqué. J’ai gagné un Futures sur dur et un sur terre, et j’ai bien joué sur les 2 donc j’ai pas vraiment de surface favorite même si je préfère jouer sur terre quand même, je déteste juste les surfaces super rapides.

La vie d’un joueur sur le circuit secondaire : facile ou pas ? parle-nous de tes financements : tu as des sponsors, une aide de la fédé… ?

J.I. : Oui, le circuit secondaire est très difficile car peu de moyens financiers, les sommes en Futures sont misérables par rapport aux dépenses.
J’ai une aide de la fédé mais pas grand chose, puis j’ai les matchs par équipe, voilà mes revenus, donc autant dire que c’est pas facile.

Tes meilleures potes sur le circuit ? T’as des « idoles » ?

J.I. : J’ai pas mal de potes avec qui je m’entends bien : Alexis Musialek, Arthur Vibert , Jonathan Eysseric, David Guez…Mes idoles : Federer et Nalbandian.

Dernière question (piège) : un avis sur l’égalité des salaires hommes/femmes remise en question par Gilles Simon ?

J.I. : Joker !

Merci Jérôme de nous avoir répondu, et bonne chance pour la fin de saison.

A noter que Jérôme s’est qualifié ce weekend pour le tableau principal du Challenger d’Orbetello dont on donnera des nouvelles sur Twitter.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *