Interview – Kenny de Schepper

Top ! Je suis un joueur français, membre du top 100. Grand, gaucher, j’adore le gazon où je peux exprimer mes qualités offensives, je suis je suis… Kenny de Schepper bien sûr ! Le Bordelais, 82ème mondial, nous a fait le plaisir de répondre à nos questions.

Double Faute : Kenny, raconte-nous ta semaine au challenger de Nottingham pour ton premier tournoi sur herbe cette saison. Tu fais 3 bons matchs en ne te faisant breaker qu’une seule fois mais tu perds ensuite sèchement en 1/2 contre Benjamin Becker…qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Kenny de Schepper : Pour moi, c’est une semaine positive pour un premier tournoi sur gazon cette année. Il y a eu une défaite sèche, j’ai joué un bon joueur qui est en forme en ce moment et je n’ai jamais su rentrer dans le match. Il a bien pris sa chance. Sur cette surface, quand on est moins bien ça peut défiler. C’est ce qui s’est passé ce jour là.

Le gazon est une bonne surface pour ton jeu. Tu es sorti deux fois des qualifs à Wimbledon où tu as passé un tour l’an dernier. Quelles sont tes ambitions pour cette saison de gazon ?

KdS : Oui, c’est une bonne surface pour moi. Je veux arriver très en forme à ce tournoi, je suis capable de faire de très bons matchs. Je vais prendre match par match et me focaliser sur mon jeu, c’est ce qui fera la différence. C’est l’un des plus beaux tournois du monde, j’ai envie de réussir.

Qui préférerais-tu affronter au 1er tour de Wimbledon ? Une tête de série pour disputer un gros match, ou un terrien sud-américain qui est venu faire les boutiques à Londres ?

KdS : Je serai prêt à affronter les deux. En même temps,  j’ai envie de rencontrer une tête de série mais si ça peut être le plus tard possible, ça serait bon signe….ceci dit je ne connais pas de joueur qui vienne à Wimbledon pour faire les boutiques ou alors après être sorti du tournoi !

« J’ai l’impression de découvrir chaque jour la connaissance de mon jeu »

Revenons sur ta saison de terre battue. Tu as perdu au 1er tour de Roland mais on sent quand même que tu as progressé sur la surface avec notamment une 1/2 au challenger de Tunis, et une victoire contre Darcis à Casablanca. Dans quels domaines de ton jeu penses-tu t’être amélioré ? Le déplacement peut-être ?

KdS : Oui, j’ai progressé sur cette surface, en terme de victoires et de points ATP par rapport à l’an dernier où le bilan est vraiment intéressant. Je pense que je me suis amélioré encore dans le déplacement mais ce n’est pas ce qui me marque le plus. C’est plus la qualité de mon jeu, je sais faire plus de choses dans tous les domaines et mentalement, je tiens davantage. Chaque saison je m’efforce de passe un cap.

A plus long terme, quels sont les axes de ton jeu où tu penses être encore perfectible et que tu cherches à perfectionner ?

KdS : C’est mon jeu vers l’avant, je pense que je pourrai progresser tant que je jouerai à ce niveau là et encore plus haut. C’est ce que je recherche tous les jours, j’ai joué toute ma vie derrière ma ligne avec une autre technique. J’ai l’impression de découvrir chaque jour la connaissance de mon jeu.

Bon on doit te chambrer un peu : lors de ta défaite contre Robin Haase au 1er tour à Roland Garros, tu as perdu un tie-break contre lui alors qu’il avait perdu ses 17 derniers tie-breaks disputés…c’est un peu la honte non ?

KdS : Oui, c’est clair je suis fou ! D’un autre côté toutes les séries sont faites pour se terminer un jour !

De manière générale, tu es souvent amené à disputer des tie-breaks…est-ce que c’est un exercice que tu aimes ?

KdS : Ça dépend des périodes, des fois j’en gagne beaucoup d’affilée et à d’autres moments j’en perds mais c’est un moment assez important dans un match comme beaucoup de moments. Je vais vous dire que j’aime cet exercice quand je les gagne (sourire). L’important c’est d’avoir un bilan positif chaque saison.

« Au-delà des résultats il convient de véhiculer une image et des valeurs positives »

Parlons un peu de ta carrière. Tu es top 100 depuis peu de temps maintenant, et tu disputes de plus en plus de tournois ATP après avoir sillonné les futures et les challengers à travers le monde. Quelles différences y a t’il entre le circuit principal et le circuit secondaire ?

KdS : Par rapport aux challengers, il n’y a pas beaucoup de différence dans le jeu. C’est plus dans la tête, la gestion des rendez-vous, des enjeux, de la volonté à améliorer les petites parties de son jeu, une plus grande régularité. Je pense que tout le monde peut battre tout le monde. Il faut se professionnaliser dans tous les domaines pour rester concentré sur son jeu. C’est pourquoi je suis désormais entouré d’un staff où chaque membre gère son domaine de compétence, ce qui me laisse l’esprit totalement tourné sur mon tennis et le terrain.

Beaucoup de joueurs classés au-delà de la 100ème place mondiale évoquent les difficultés financières rencontrées pour « survivre » dans le milieu (frais de déplacement, de coach, prize money insuffisant…). De ton côté, as-tu des sponsors, une aide de la fédé ? Un ticket d’Euromillions gagnant ?

KdS : Ticket d’Euromillions, je n’ai pas essayé! (sourire) Ce n’est pas facile d’équilibrer son budget annuel mais mon manager me libère de ce souci. Depuis 8 mois les résultats et le classement ATP progressent, de nouveaux partenaires souhaitent nous accompagner pour la réussite du projet. Au-delà des résultats il convient de véhiculer une image et des valeurs positives. L’équilibre est néanmoins fragile… La porte est donc grande ouverte pour ceux qui voudraient nous rejoindre pour partager l’aventure !!

Tu as joué Ferrer au 2ème tour de Wimbledon l’an passé, et tu disais il y a peu que c’était ton meilleur souvenir tennistique. Y a t’il un joueur (moins connu) ou un match qui t’a marqué lors de tes campagnes en challengers ?

KdS : J’ai les 3 victoires en challenger notamment celle à Mons où j’ai battu Llodra dans une finale indécise. J’ai un très bon souvenir de ma première qualification en Grand Chelem à Wimbledon contre Simone Bolelli où j’ai gagné en 5 sets après 3 jours de match en raison de la pluie.

Quel est l’endroit le plus improbable où tu as joué ? As-tu un souvenir de tournoi exotique à raconter ? Fabrice Martin nous avait raconté votre finale à Recanati où une juge arbitre avait reçu une balle après un service…

KdS : Oui ! Cette finale !! Je n’avais jamais connu ça. On a vraiment eu peur pour la jeune fille après qu’elle ait prise la balle. C’était bouleversant. Sinon, je n’ai pas d’endroits qui m’ont marqué particulièrement.

Un respectable membre du Club des revers à une main

Sur ta page ATP il est marqué « Likes to communicate with friends and fans on Twitter. » T’es un geek en fait !

KdS : Presque ! Je ne suis pas très ordinateur à la base mais bon c’est indispensable de maitriser pour communiquer, échanger et gagner en efficacité pour le travail.

Je sais que certains joueurs qui utilisent les réseaux sociaux ont parfois des problèmes avec des parieurs frustrés qui leur envoient des messages d’insultes. T’as déjà eu ce souci-là ?

KdS : Oui, je suis tombé sur quelques messages d’insultes. C’est comme ça, ça fait partie du truc. Ça fait mal de perdre de l’argent (sourire).

Terminons par quelques questions classiques en vrac :
– quel est ton surnom officiel ? King Kenny (surnom courant sur les forums anglophones), Terminator (suggéré par James Cluskey) ?

KdS : KDS
– ton joueur fétiche ?
KdS : Sampras
– tes meilleurs potes sur le circuit ?
KdS : Maxime Teixeira, après je m’entends bien avec les autres
– tes occupations hors tennis en tournoi ?
KdS : Cinéma, lecture, montagne, amis

Pour conclure cette interview, une question primordiale : tu nous expliques comment doit-on faire la révérence à la Royal Box ? Et as-tu des compétences d’accoucheur au cas où la duchesse de Cambridge serait prise de contractions ?

KdS : Pour la révérence j’improviserai s’il y a lieu, pas de problème ! Par contre je conseillerais à la duchesse de patienter pour les contractions je manque un peu d’expérience en la matière !

Un grand merci à Kenny pour ses réponses et à son manager Joël Delaby pour avoir permis de réaliser cette interview. Vous pouvez retrouver Kenny sur son Facebook & Twitter, et relire son portrait que nous avions publié en décembre dernier.

Share Button

4 réponses à Interview – Kenny de Schepper

  1. Bravo pour cette interview (et pour l’ensemble du blog d’ailleurs).

    Je suis ravi d’avoir quelques détail technique très intéressant sur le comment de l’évolution du tennis de notre dernier compatriotes arrivé parmi les membres du top 100.
    Belle mentalité en tout cas que celle de vouloir orienter de plus en plus son jeu vers l’avant malgré un passé de crocodile de fond de court.

    « j’ai l’impression de découvrir chaque jour la connaissance de mon jeu »

    Bonne continuation

    Vincent

  2. Pingback: Wimbledon 2013 - La bonne herbe - Double faute

  3. Pingback: Bercy 2013 : les qualifications - Double faute

  4. Pingback: Passing Shots - Février 2014 - Double Faute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *