La chronique de Maxime Teixeira – #3

US Open

Invité spécial de ce mois d’août, Maxime Teixeira (207ème mondial, 2 participations au grand tableau de Roland Garros) nous fait le plaisir de raconter pour Double Faute sa préparation pour l’US Open, où il disputera les qualifications à partir du 20 août. Outre sa chronique ici, vous pouvez retrouvez l’actualité de Maxime au quotidien sur sa page Facebook, ainsi que sur son compte Twitter !

Episode 1 : Fin de tournée
Episode 2 : New York, New York

Episode 3 : Premier match et première victoire

Apres avoir diminué progressivement les entraînements de samedi à lundi, le jour J approchait à grands pas. Physiquement, j’étais prêt, mais j’avais des sensations mitigées sur le tennis, je ne me sentais pas très constant dans mon jeu. Mais un match reste un match, et avec la tension et la concentration j’étais persuadé que le problème allait se régler.

Lundi soir le verdict tombe : ce sera contre Jesse LEVINE en 5ème après 11h. Un tirage pas facile, un très bon joueur [NB : il est 135ème ATP et a été 69ème mondial en octobre dernier], d’autant plus sur dur. Il fallait vraiment être prêt. Après un repas dans un italien près du Flatiron Building, au lit à 22h pour faire face à la longue journée qui m’attendait le lendemain.

Mardi matin, un réveil à 9h pour prendre un transport du tournoi à 11h30 devant l’hôtel HYATT. Échauffement physique à 12h20 et tennis avec Marc Gicquel à 13h pour 30 min. De bonnes sensations sur cette demi-heure, quoi que l’on dise ça rassure toujours. Retour aux vestiaires où le premier match commençait déjà à être long sur mon court. La journée était partie pour être très longue ! Mon programme continuait normalement tout de même. Repas vers 14h, sieste vers 15h, et les matchs qui s’éternisent toujours…retour aux vestiaires à 16h45 pour une petite session vidéo de mon futur adversaire avec mon entraîneur Boris VALLEJO. D’ailleurs petite anecdote : mon adversaire arriva au même moment et comprit tout de suite qu’on l’espionnait. Il rit et nous dit en gros « je vous prends en flag’ les gars », ce qui ne nous empêcha pas de continuer à regarder et de poser quelques options pour le match. Vers 18h, je montais dans la salle de gym (où il y a des écrans de score) pour commencer mon échauffement en fonction de l’avancement de mon court. Vers 19h15 le match avant moi se termine. J’étais prêt et l’appel de nos noms ne tarda pas pour aller au point de rendez-vous des départs des matchs, qui se situe devant le practice desk.

Idée Punchline : "...et à la fin de l'échange je pique comme une abeille"

Idée Punchline : « …et à la fin de l’échange je pique comme une abeille »

J’arrivais sur le court tendu mais déterminé. Je n’avais qu’une chose en tête : donner le maximum quoi qu’il se passe, chose pas facile à tenir avec ce sport où tout peut arriver. Premier set où je fais beaucoup de fautes à cause de la tension. Je le concède 6/3, mais m’étant procuré pas mal de balles de break, je voyais que j’avais des opportunités. Dans le deuxième, je breake à 2/1 pour ensuite mener 3/1. Mon jeu était de plus en plus régulier. Je le gardais jusqu’à 5/3 et là je servais pour le set. Après un très bon premier passing de sa part et deux retours canons sur mes secondes balles, je concédais ma mise en jeu. Tout était à refaire. 5/4 à lui de servir, mais comme rarement je n’étais pas touché d’avoir raté mon jeu et je pense que c’est ce qui m’a permis de rebreaker tout de suite et de gagner 64 sur un passing et un gros « Vamos » !!! Le troisième était serré mais il lâcha prise dès que je lui pris son service à 4/2. Une victoire 3/6 6/4 6/2, ma première ici ! Mais la soirée n’était pas finie pour moi : fin du match vers 21h, il fallait se doucher, manger, s’étirer. Fin de la journée exactement à 23h30 où j’éteignais les feux et allais me coucher.

Prochain tour jeudi contre le japonais Moriya… à suivre

Maxime

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *