La Raquette en Bois 2013

Après une première édition marquée par la victoire de Donald « Titanic » Young, la seule anti-récompense tennistique du web est de retour !

RaquetteDeBois

[Deux changements par rapport à l’an dernier : on a créé un nom « à nous », et on a même fait un trophée – si vous l’aimez pas, plaignez-vous auprès de @Val__Tho (big up à lui pour son travail et sa patience).]

Le but de la Raquette en Bois : récompenser un(e) joueur(se) dont la saison a été un échec sur le court, avec en outre un comportement extra-sportif douteux. Sans plus attendre, place aux candidats !

Martina Hingis

Pas la Raquette en Bois...pas moi !

Pas la Raquette en Bois…pas moi !

Sa saison

Moi ce que j’aime chez Martina,
C’est que toujours elle reviendra.
Elle est toujours d’accord
Pour battre des records.

Si la carrière de Martina Hingis devait être adaptée au cinéma, il faudrait sans doute faire une trilogie. Une annonce de fin de carrière en 2003, un premier retour en 2006, un contrôle positif à la cocaïne pendant Wimbledon 2007 annoncé quelques mois plus tard, et un deuxième arrêt de carrière dans la foulée, en novembre 2007.

Mais comme souvent à Hollywood, le méchant à toujours un second troisième quatrième souffle. Et Martina, qui s’emmerde un peu sur le circuit des légendes, décide une énième fois de revenir – une performance à faire pâlir d’envie Terminator et Justine Hénin. Elle s’aligne en juillet au tournoi de Carlsbad, mais uniquement en double, avec la slovaque Daniela Hantuchova. Histoire de tâter le terrain pour voir s’il y a aussi moyen de rejouer en simple sans être trop ridicule.

Leur premier match se passe bien : une victoire 6/1 6/1 contre Goerges et Jurak, récentes finalistes du tournoi de Stanford. Mais la suite est plus compliquée : 2 victoires pour 5 défaites, et aucun second tour franchi en 5 tournois.

Bel effort

N’est pas Safin qui veut

Du coup, le discours change : après un match de retour où elle déclare « s’être bien sentie mentalement », elle se montre assez pessimiste après la défaite au premier tour de l’US Open. Et met dans la foulée un terme à sa saison…pour « raisons personnelles ». Ouate ?

Oui, il faut dire que certaines affaires extra-sportives apparaissent : d’après son français de mari, qui expliquait en juillet qu’elle l’avait cocufié plusieurs fois, Martina, accompagnée de maman Mélanie et beau-papa Mario, l’aurait agressé, volé et menacé de représailles. Bref, une fin de saison en apothéose.

Et qui c'est qui va parler russe bientôt, hein qui c'est ?

Et qui c’est qui va parler russe bientôt, hein qui c’est ?

Le coup gagnant
Un beau symbole pour l’égalité hommes-femmes dans le tennis.

La faute de pied
On risquerait nous aussi de se faire casser la gueule.

L’avis de Lionel Kamoulox
« Martina na na na na na na na na Oh, Martinaaaaaaa, nananananananana »

 

Gilles Simon

simon

Mais qu’est-ce qui m’a pris de monter au filet ??

Sa saison

Blessé 12 mois sur 10, la saison de Gilles a été longue, très longue. Comme ses matchs. En janvier, associé à Gaël Monfils, il atteint la 2ème semaine de l’Open d’Australie, catégorie paraplégique.

En avril, Gilles se produit pour la première fois en Argentine, où son numéro de pousse-baballe fait un tabac auprès du public local. Deux défaites en Coupe Davis dont une contre Juan Monaco au cours d’un match surnommé « El Purgazo » par la presse sud-américaine. Puis c’est la déception roumaine : après trois titres, Gilli Simonescu perd sa couronne lors du Masters Series tournoi ATP 250 de Bucarest.

Image d'archive en cours d'authentification

Image d’archive en cours d’authentification

Ensuite, le Gilles Simon Flying Circus fait un passage remarqué à Roland Garros. Une défaite (honorable) en 1/8èmes de finales contre Federer, mais surtout 3 nouveaux matchs en 5 sets – notre Stakhanov du pauvre aime ça.

Suivent la saison sur gazon et la tournée américaine, que Gillou traversera diminué par…une coqueluche. Oui, vous avez bien lu, nous aussi on pensait que cette maladie était uniquement réservée aux marmots. Au fait Gilles, pour 2014, pense à vérifier si tes vaccins contre la rubéole et la DT Polio sont bien à jour.

L’année se termine par un beau coup d’éclat de Gillou : une interview « OK Corral » où il explique son jeu et égratigne – sans les nommer – quelques consultants. Un jeu de « Top Ten », quasiment « aucune lacune », c’est l’instant melon de Gillou. Le lendemain de l’interview, il perd 0 et 1 contre Alejandro Falla au premier tour à Valence. Bad beat.


NB : 12 spectateurs sont morts d’ennui suite à cet échange

Le coup gagnant
Valérie Fourneyron pourra envoyer un tweet de félicitations à Nathalie Simon pour sa victoire qui couronne une carrière éclectique.

La faute de pied
Un risque important de forfait à Melbourne à cause d’une écharde laissée sur le trophée.

L’avis de Lionel Kamoulox
« C’est très bien d’avoir le melon. 5 fruits et légumes par jour, le premier pas vers un corps sain. »

 

Bernard Tomic

En avant la musique

En avant la musique

Sa saison

Bernie avait annoncé la couleur au début de la saison : les conneries, c’était fini. Frasques hors-court, combativité suspecte sur certains matchs, il avait retenu les leçons de l’an passé et annonçait fièrement qu’il pouvait terminer l’année dans le top 10. Problème : il n’avait pas précisé dans quel sport.

Après un bon mois de janvier, marqué par son premier titre en carrière à Sydney et un 3ème tour à l’Open d’Australie, Bernie disparaît du circuit jusqu’à Wimbledon, où il sort du coma pour atteindre les 1/8èmes. Satisfait de son année, il décide donc de s’accorder 6 mois de vacances et en profite pour visiter des endroits sympas comme Cincinnati, Stockholm, ou Bratislava.

Give me a T ! Give me an A ! Give me a N ! Give me a K ! T-A-N-K !

Give me a T ! Give me an A ! Give me a N ! Give me a K ! T-A-N-K !

Alors oui, l’environnement de Nanard n’a pas été propice – doux euphémisme – à son épanouissement tennistique : pour avoir confondu le sparring-partner avec un punching ball, son père John a été condamné à 8 mois de prison (sans toutefois être incarcéré) et s’est fait retirer son accréditation ATP. Mais bon, le comportement du fiston ne semble pas avoir été exempt de tout reproche, comme on peut le lire dans le journal de bord de Thomas Drouet : entre entraînements balancés, fiestas continuelles avec ses potes ou matchs balancés, Bernie ne semble pas avoir beaucoup changé.

Résultat : une saison terminée à la 52ème place, soit…une place de mieux qu’au début de l’année, et 42 places derrière l’objectif annoncé en janvier. Dommage, ça s’est joué à pas grand chose. Du coup, pour préparer 2014 comme il se doit, Bernie a commencé le travail foncier dès la fin de saison. A ceci près qu’il a confondu le podium du classement ATP avec celui d’une boite de nuit.

Oh yeah le top 10, il est là, je le vois !

Oh yeah le top 10, il est là, je le vois !

Le coup gagnant
Un candidat bien connu du public, déjà nominé l’année passée.

La faute de pied
Terminer 50ème mondial en jouant 3 semaines dans l’année, ça reste quand même pas mal pour un branleur.

L’avis de Lionel Kamoulox
« Ernests Gulbis vient de m’appeler et il approuve totalement cette candidature. »

 

Viktor Troicki

Le même regard qu'Hector, mon poisson rouge

Le même regard qu’Hector, mon poisson rouge

Sa saison

Hormis son 1/8èmes à Roland Garros, l’année du serbe se résume en deux coups d’éclat extra-tennistique.

D’abord, une colère ridicule poussée lors de son match contre Ernests Gulbis à Rome, alors qu’il était mené 6/1 et balle de break contre lui. 4 minutes dignes des grandes heures de Guignol, où Totor engueule Cédric Mourier, l’arbitre de chaise, et se sert même d’un caméraman pour montrer au monde du tennis l’injustice subie. C’est bien la première fois que Gulbis trouve un mec plus fêlé que lui sur le terrain.

Et puis vint l’épisode du contrôle anti-dopage. Fin juillet, on apprend que Totor a refusé de se soumettre à un contrôle sanguin lors du tournoi de Monte-Carlo, en avril. Un refus motivé par sa peur des aiguilles et parce qu’il ne se « sentait pas très bien » – on arrête de rire dans le public s’il vous plait. Conséquence : suspension de 18 mois, réduite de 6 mois en fin d’année. On ne reviendra pas sur la polémique qui a suivi cette décision, remarquons juste que si Troicki avait accepté la piqûre, l’histoire se serait arrêtée là.

Du coup, au lieu de faire profil bas et d’attendre juillet, Totor s’étend dans les journaux – sortez les violons et les mouchoirs : « on me traite comme un criminel », « cette décision met fin à mes rêves d’être un joueur de haut niveau« , « ma vie n’a plus de sens »… Un peu plus et on croirait qu’il est sur le point d’avaler des médicaments en se jetant d’un pont.

Le même regard que Loulou, mon caniche euthanasié

Le même regard que Loulou, mon caniche euthanasié

Arrête ton char Viktor, beaucoup de joueurs et joueuses sont revenus au top après une longue pause, et en plus, tu n’es même pas blessé. Et puis vois le bon côté des choses, tu pourras perfectionner tes techniques de réalisateur.

Le coup gagnant
Avec cette raquette en bois, on sera enfin vengés de Belgrade 2010.

La faute de pied
Ça se trouve, Viktor est vraiment aichmophobe.

L’avis de Lionel Kamoulox
« J’ai toujours aimé les films de Kusturica »

Et maintenant, c’est à vous de voter ! 

Quelle est votre Raquette en Bois 2013 ?

  • Bernard Tomic (43%, 133 Votes)
  • Viktor Troicki (25%, 76 Votes)
  • Gilles Simon (18%, 56 Votes)
  • Martina Hingis (14%, 43 Votes)

Total Voters: 308

Loading ... Loading ...
Share Button

5 réponses à La Raquette en Bois 2013

  1. J’aurais rajouté Sharapova… Aucun titre marquant (à part Indian Wells), cri strident à faire briser toutes les vitres de France et de Navarre. Elle a plus été « Madame Grigor » que championne. Et plus businesswoman que tenniswoman (mais oui, on va changer ton nom pour vendre tes bonbecs ! Benoit Paire va en prendre avec son Burger King).

  2. Pour moi Tomic et Hingis c’est serré, c’est une bataille de famille. Hingis Molitor versus Tomic Father & Son.

  3. Dans cette course au titre le moins prestigieux de la saison, Martina part avec un lourd handicap :
    1/ sa concurrente de la WTA, Gilles Simonova, est une adversaire redoutable dans cette discipline
    2/ sa campagne électorale a été tellement discrète que beaucoup d’électeurs ne connaissent pas son programme
    3/ faut dire que niveau communication, son budget etait serré : une fois les avocats de son 17e divorce et la cocaine payés, il ne restait pas grand chose pour imprimer des tee shirts « Vote Hingis »

    PS : je confirme que je ne suis pas un spammeur.

  4. Pingback: Marche ou trêve ! - Double faute

  5. Pingback: Raquette en Bois 2013 : le résultat - Double faute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *