Passing shots #4

Un état du tennis russe

A l’heure où Davydenko, Youznhy et Tursunov commencent à aller sur leurs vieux jours et leurs vieux os (même si le dernier cité vient de remporter 2 challengers coup sur coup en Turquie), et tandis qu’Igor Andreev ne se remet pas de sa rupture d’avec Maria Kirilenko, la relève russe se fait attendre.

D’ailleurs, la Russie vient d’être éjectée du groupe mondial de coupe Davis pour la première fois depuis 1992, et son capitaine historique Shamil Tarpishschev (également président de la fédération russe) tire la sonnette d’alarme.

Cependant ces dernières semaines, deux jeunots ont pointé le bout de leurs chaussures vers le top 100.

Evgeny Donskoy, né à Moscou il y a 22 ans, a atteint son meilleur classement fin août : 119ème. Plutôt à l’aise sur terre (il s’entraîne à Valence, en Espagne, et avait déjà remporté deux challengers sur la surface), il a obtenu de bons résultats lors des challengers sur dur au cours de l’été : victoires à Astana et Ségovie, finale à Penza, 1/2 à Pozoblanco et St Rémy. Joueur de fond de court, Donskoy possède une bonne première balle et progresse régulièrement année après année. 612ème fin 2008, 474ème fin 2009, 258ème fin 2010, 144ème fin 2011, il ne devrait plus tarder à arriver sur le grand circuit. Voici le résumé de son match contre Marsel Ilhan à Astana :

Désolé, le choix de la musique nous a été imposé

 

Andrey Kuznetsov est lui déjà dans le top 100. Il vient d’atteindre la 61ème place mondiale grâce à trois victoires consécutives en challengers, après avoir décroché son premier trophée en avril. Plus attendu que son collègue, il avait atteint le 3ème rang mondial chez les juniors en 2009 après avoir remporté Wimbledon, en éliminant en 1/2-finales un certain…Bernard Tomic.

Désolé, le choix des commentateurs nous a été imposé

 

Joueur longiligne d’1m85 (pour 71kgs), le garçon est entraîné par son père, professeur de tennis à la Fédération russe. Doté d’un revers à deux mains très solide, bon serveur, Kuznetsov est plutôt du genre attaquant de fond de court, mais il possède également une bonne main à la volée. Après une année 2011 décevante malgré un premier quart ATP à Casablanca (en battant notamment Marcos Baghdatis, « Fatdatis » pour les mauvaises langues), Andrey est en train de s’affirmer comme un joueur à suivre de près en 2013. Outre ses 3 titres de rang, le cosaque avait plus tôt dans l’année passé les qualifs à Roland Garros et Wimbledon (défaites respectives contre Tsonga en 4 sets et Serra en 5), avant d’atteindre les 1/4 à Umag. Vivement l’an prochain.

 

En vrac

Kirsten Flipkens, Irina-Camelia Begu, Martin Klizan, Su-Wei Hsieh : les vainqueurs ATP et WTA de ces dernières semaines ont été (trop) peu médiatisés.

Pour « Flipper », victorieuse à Québec en indoor, ce titre vient récompenser la meilleure saison de sa carrière, malgré ses soucis personnels. 2 titres (et 2 finales) en ITF, une 1/2 à Bois-le-Duc avec une victoire de prestige sur Sam Stosur, un 2ème tour à l’US Open en sortant des qualifs : la belge de 26 ans a été présente tout au long de la saison. La voici désormais 65ème mondiale, tout proche de son meilleur classement (59ème en Juin 2010).

Pour Begu, gagnante à Tashkent, c’est un titre qui surgit au cours d’une saison plutôt morose, après avoir été nommée révélation WTA de l’année 2011. La roumaine de 22 ans est plutôt terrienne (2 finales sur la surface ocre l’an passé), et ce titre sur dur est son premier en carrière. Elle a battu en finale une qualifiée croate de 16 ans, Donna Vekic, qui devrait faire parler d’elle à l’avenir.

Après avoir fait parler de lui en éliminant Jo Tsonga et Jérémy Chardy aux 2ème et 3ème tour de l’US Open, Martin Klizan a continué sur sa lancée en décrochant son premier titre en carrière sur les courts indoor de St Petersbourg. Plutôt joueur naturel de terre battue, le slovaque prouve les progrès accomplis cette saison et semble désormais capable d’évoluer sur toutes les surfaces. Et en plus il fait des pompes juste après ses matchs. Bref, un joueur à suivre…

A Guangzhou, la taïwanaise Su-Wei Hsieh a remporté son deuxième titre de la saison, après Kuala Lumpur en début d’année. Elle a battu en finale l’anglaise Laura Robson, qui a cependant eu droit à beaucoup plus de couverture médiatique…Hsieh, pourvue d’un jeu atypique (slices, amorties, frappes à plat des deux mains des deux côtés), n’est pas une nouvelle venue sur le circuit. En 2001, à l’age de 16 ans, elle remportait 5 ITF et arrivait en 1/2 à Bali, son tout premier tournoi WTA. Après quelques années en dent de scie (on notera un 1/8ème de finale à l’Open d’Australie 2008), elle semble s’installer durablement dans le top 50 depuis qu’elle travaille avec l’australien Paul McNamee, qui la coache depuis mi-2011.

Enfin, saluons le retour à la compétition de Prakash Amritraj, finaliste ATP à Newport en 2008. L’indien, 29 ans, souffrait des deux poignets depuis plusieurs mois.

Share Button

Une réponse à Passing shots #4

  1. On se régale ! Encore ! Encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *