Passing Shots spécial 2012 : les qualifications les plus improbables de la saison

Il y a eu les WTF (World Tour Finals) à Londres, mais nous, on s’en fiche. Par contre, les histoires WTF nous parlent beaucoup plus. Retour sur les 5 qualifications les plus improbables de la saison 2012.

5. Los Angeles : Nicolas Meister

Lorsqu’il joue son premier match des qualifications à Los Angeles contre Ilja Bozoljac, Nicolas Meister vient d’être diplômé de l’Université de Californie, où il a terminé une carrière plus qu’honnête de tennisman universitaire. Seulement voilà : c’est la première fois que Meister, 676ème mondial, va évoluer à ce niveau, n’ayant participé qu’à des Futures par le passé.

Devant un public tout acquis à sa cause, Meister va réussir à éliminer Bozoljac, de Voest et Wang (classé 400 places devant lui !), 3 joueurs d’expérience habitués aux matchs de seconde zone. Il perdra ensuite contre Malisse au 1er tour du grand tableau. Depuis, Meister a plutôt stagné…

« Il est barbant votre article ! »

 

4. Casablanca : Lamine Ouahab

Au moment de disputer les qualifications de Casablanca, Lamine Ouahab n’est que 752ème au classement mondial. Ancien 4ème mondial chez les juniors avec une demie-finale à Roland et une finale à Wimbledon (en battant un certain Rafael N. en 1/2), l’algérien de 27 ans n’a pas réussi à percer sur le grand circuit. Son meilleur classement (119ème) date de septembre 2009 et il n’a réussi à passer qu’un tour dans un grand tableau, à Casablanca – déjà – en 2008. Il est miné par les blessures depuis plusieurs mois et trois semaines auparavant, il s’est fait battre 6/3 6/3 par le 500ème mondial au deuxième tour des qualifs du challenger de Marrakech…

Mais le tennis a de magique que les semaines se suivent et ne se ressemblent pas forcément. Déjà auteur de quelques perfs au Maghreb sur le circuit secondaire par le passé (victoire au challenger de Tunis en 2006, finale à Marrakech en 2009), Ouahab élimine Florent Serra puis Martin Fischer, classés plus de 500 places devant lui, et se qualifie pour son premier tournoi ATP depuis Lyon en 2009 !

L’histoire ne s’arrête pas là, puisqu’Ouahab va ensuite sortir sèchement Robin Haase, 53ème mondial, au premier tour du grand tableau ! Depuis, Ouahab a privilégié les Futures et bien lui en a pris car il termine l’année au 310ème rang.

Affûté comme Nalbandian

 

3. Umag : Gorka Fraile

10 mois. Cela fait maintenant 10 mois que Gorka Fraile n’a pas disputé le moindre match professionnel, depuis son élimination au dernier tour des qualifs du challenger de Madrid, en septembre 2011. D’ailleurs, l’ancien 126ème mondial indique sur son site internet qu’il est retraité depuis…2008 !

Désormais entraîneur, on suppose que l’espagnol de 34 ans se trouvait en Croatie pour accompagner un joueur ; ou allait taper la balle au club-house lors de ses vacances dans le coin. Ce qu’il n’avait sûrement pas prévu, c’est qu’il allait battre Dusan Lajovic, 190ème mondial, au dernier tour des qualifications,  pour disputer (et perdre) un match du grand tableau contre Gulbis. Depuis, Gorka est retourné entraîner à Madrid…

« Pas mal cette maison de retraite ! »

 

2. Australian Open : Matteo Viola

(D’après un article de Shank Tennis)

« Un match de tennis n’est pas fini tant que le dernier point n’a pas été joué » – vieux proverbe arménien (Polanry Mathieuskan)

Mise en situation : vous disputez votre deuxième match de la saison en Australie, et vous êtes menés 0/5 *0-40 dans le dernier set.

A/ Vous tentez le tout pour le tout, réussissez quelques coups de génie avant de faire trois doubles fautes d’affilée et de perdre le match

B/ Vous balancez de suite, la plage n’est qu’à 5 minutes

C/ Vous vous accrochez et continuez à vous battre malgré votre jeu limité. On sait jamais, l’adversaire peut se déconcentrer et/ou avoir une appendicite soudaine et/ou s’endormir au changement de côté

D/ La réponse D

Pour Matteo Viola, c’est la réponse C/ sans hésitation. L’italien de 24 ans, 155ème mondial au moment des qualifs de l’Open d’Australie, remporte finalement son match du premier tour 8/6 au 3ème set (contre…Dusan Lajovic, décidément dans tous les bons coups), avec 9 balles de match sauvées.

Mais vous n’avez encore rien vu, car l’italien aime quand c’est compliqué. Encore mené 6/7 3/5, *15-40 lors du deuxième tour contre Antonio Veic, Viola sauve les 2 balles de match et l’emporte 6/4 au 3ème set. Soit 11 balles de match sauvées et 6 heures passées sur le court en 2 rencontres.

Le tour qualificatif n’est qu’une formalité pour Viola. Seulement mené un set et un break, à 3 points de la défaite, il l’emporte 4/6 7/6(5) 6/4 contre Rik de Voest et se qualifie pour son premier Grand Chelem (et accessoirement son premier tournoi ATP).

Le reste de l’année aura vu quelques come-back supplémentaires, notamment lors des qualifs de Wimbledon, où Matteo sera néanmoins éliminé 6/4 au 5ème set du tour qualificatif par Florent Serra.

Novak Djokovic peut retourner à ses études.

 

Pas étonnant qu’il ne soit pas réveillé en début de match, il joue en pyjama…

 

1. San José : Kutrovsky, Lajola, Strode

Recette pour un tournoi improbable.

Prenez un bulgare de 24 ans 438ème mondial qui joue à deux mains des deux côtés (Dimitar Kutrovsky), un américain de 23 ans 719ème mondial né aux Philippines et résident d’Hawaïi (Dennis Lajola), et un autre américain du même age 393ème mondial admis à la fac de droit d’Harvard (Blake Strode), qui n’ont jamais participé à un grand tableau de tournoi ATP.

Faites-en sortir deux des qualifs (Kutrovsky et Lajola) et faites-les se rencontrer au 1er tour avec une victoire épique au tie-break du 3ème set pour l’un d’eux.

Prenez ensuite la tête de série n°1 de votre tournoi (Gaël Monfils), exemptée du 1er tour, et faites-la déclarer forfait pour un problème de genou. Remplacez-là alors (au 2ème tour du coup) par un lucky loser qui n’est autre que votre 3ème larron du début.

Vous suivez toujours ? Maintenant, faites rencontrer votre qualifié bulgare avec votre futur avocat américain pour l’affiche du 2ème tour et une place en 1/4 de finale. Voilà, vous avez sans doute le trio de qualifiés le plus improbable de l’année…

Le résumé du tournoi de San José

Pour la petite histoire, Kutrovsky a été ensuite contrôlé positif à un stimulant lors de ce tournoi, et a écopé de 2 ans de suspension. Une sanction réduite en Octobre à 15 mois, grâce notamment au témoignage d’Andy Roddick, qui rajoute encore un peu plus de WTF à cette histoire WTF. Lajola et Strode, eux, sont restés plus discrets…

Superbe swing de Dimitar Kutrovsky

Share Button

Une réponse à Passing Shots spécial 2012 : les qualifications les plus improbables de la saison

  1. Haha, super cet article ! J’aime beaucoup votre site, je l’ai découvert seulement aujourd’hui via 15lovetennis (post de Ronald). Je reviendrai souvent.
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *