Passing shots – Juillet #1

Au programme : des jeux décisifs, les futures stars de l’été, et nos coups de projecteur de la semaine écoulée.

John Isner ou la science du tie-break

Il suffisait de titiller un peu l’américain dans notre dernier billet pour que Big John se transforme en géant vert sur le gazon de Newport, tournoi dont il était tenant du titre.

Après un début d’année marqué par des victoires sur Federer et Djokovic, le yankee semblait marquer le pas avec une campagne européenne décevante, symbolisée par des défaites inhabituelles dans le money time (Seppi à Rome, Mathieu à Roland, Falla à Wimbledon), alors qu’il excelle habituellement dans les fins de matchs serrées. Que nenni, cette victoire prouve bien la capacité de l’américain à rebondir, lui qui possède sans doute un des meilleurs mentals mentaux du circuit.

A cette occasion, Isner a poursuivi sa série de tie-breaks victorieux dans les jardins du Hall of Fame : contre Lleyton Hewitt, c’était son 9ème jeu décisif (sur 9) remporté en 2 ans dans ce tournoi. Statistique tout sauf surprenante, puisqu’il possède le 4ème meilleur ratio de l’histoire en terme de tie-breaks disputés.

Avec 63,6% de tie-breaks remportés, il se classe seulement derrière Federer (65,6%), Djokovic et Sampras (63,7%) ; et devant Nadal (62,6%), Roddick (62,3%) ou Agassi (57,7%) : c’est le premier joueur « non-Grand Chelemard » à apparaître dans ce classement (Murray en est « seulement » à 60,8% de tie-breaks remportés). Une performance assez remarquable, pour un joueur trop souvent sous-estimé par le média et le public.

« Quelle idée à la con ces deux jeux d’écart dans le 5ème set quand même »

 

Dimitrov et Janowicz, les tubes de l’été ?

On en a parlé récemment, mais il va falloir vous habituer à son nom : avec sa victoire au challenger de Scheveningen (Pays-Bas), Jerzy Janowicz a gagné son ticket d’entrée pour l’US Open. Un tournoi dont il a atteint la finale en Juniors en 2007, et qui devrait parfaitement convenir à son jeu agressif. Désormais 87ème mondial (son meilleur classement), le polonais devrait faire parler de lui sur le circuit principal d’ici la fin de l’année.

Grigor Dimitrov,  quant à lui, s’est un peu fait oublier ces derniers mois. Et pourtant, le bulgare semble avoir trouvé la régularité qui lui faisait défaut jusque là. Hormis une défaite contre Young en début d’année, sa saison 2012 est exempte de contre-performances. Mieux même : Grisha a atteint pour la première fois les 1/2-finales d’un tournoi ATP, au Queen’s sur herbe avant Wimbledon, et sur la terre de Bastad, où il a obtenu deux balles de second set contre David Ferrer. Reste maintenant à parfaire la condition physique, mais l’ex-successeur annoncé de Federer semble sur la bonne voie. Lui aussi devrait être à l’aise sur les courts US cet été : il a remporté l’US Open juniors en 2008, et avait battu Berdych à Miami en mars.

Toute la détresse du joueur polonais qui vient d’apprendre que sa conférence de presse se fera à l’eau plate

 

Toute première fois

La semaine passée a vu quelques performances inédites passées inaperçues pour la plupart. Heureusement Double Faute est là pour enrichir votre culture tennistique. Ne nous remerciez pas, on est là pour ça.

Santiago Giraldo, battu en finale du challenger de Bogota par son compatriote Alejandro Falla, a atteint le meilleur classement jamais obtenu par un colombien dans l’histoire de l’ATP : 39ème. Ivan Molina, vainqueur du double mixte à Roland Garros en 1974 avec Navratilova (gracias wikipedia.es) n’avait atteint que le 40ème rang.

Gianluca Naso, avec son joli revers à une main, a remporté son premier titre en challenger, chez lui à San Benedetto (Italie). Il a également atteint son meilleur classement ATP : 175ème.

A Bastad, Jan Hajek a atteint à bientôt 29 ans les premières 1/2-finales de sa carrière dans un tournoi ATP. Le tchèque, qui a toujours évolué dans l’ombre de Berdych et Stepanek, est un très honnête joueur de terre, présent au 3ème tour de Roland Garros en 2007. A noter qu’il a battu notre pote Jurgen Zopp en 1/4, meilleure performance ATP pour l’estonien.

Enfin, parlons un peu des filles : sur la terre battue italienne de Palerme, Laura Robson a atteint pour la première fois de sa jeune carrière le dernier carré d’un tournoi WTA. La gauchère anglaise, plutôt adepte des surfaces rapides, a notamment battu les expérimentées Vinci et Suarez Navarro. Promise à un bel avenir depuis son succès à Wimbledon chez les juniors à 14 ans, la native de Melbourne vient d’entrer dans le top 100, au 91ème rang mondial. Son service devrait faire quelques dégâts au cours de l’été américain.

Finalement à Stanford, Coco Vandeweghe a atteint sa première finale sur le circuit – elle a même eu une balle de 1er set contre Serena Williams herself. Puissante joueuse du fond du court au service dévastateur (première balle mesurée à 194 km/h !), elle est entraînée depuis un an par Jan-Michael Gambill, ex-14ème à l’ATP. Désormais 69ème à la WTA et directement qualifiée pour l’US Open, on devrait également la revoir d’ici la fin de la tournée américaine…

T’as le look, Coco

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *