Une semaine dans la vie de Guy Forget

Comment se passe la semaine d’un directeur de tournoi lorsque l’évènement approche ? En exclusivité pour Double Faute, nous avons pu côtoyer le nouveau directeur de Bercy, Guy Forget, en pleine action lors de ce Masters 1000 à rebondissements. Toute ressemblance avec des personnages réels est purement fortuite.

No stress…

Vendredi 26 octobre
4h04 : Guy Forget se réveille en sueur: « Je viens de faire un cauchemar, Federer, Djokovic, Murray et Del Potro sont dans le même Eurostar mercredi soir. » Il se lève, va à la pharmacie de garde, et achète une boîte de Prozac. Il avale un comprimé et se recouche.
14h11 : Le tirage au sort est dans quatre heures. Ne trouvant pas à qui donner les wild cards pour les qualifs, Guy Forget ouvre la page Wikipedia « Catégorie : Joueurs de tennis français ». Un nom retient son attention. Jonathan Dasnières de Veigy. « Tiens, je me demande combien de lettres on peut afficher sur l’écran du tirage au sort. » Il déroule la liste des joueurs… « Son père me demande des places que je n’ai pas. Il ira dans la player box. » Hop, Edouard Roger-Vasselin est dans la liste.
16h30 : Guy Forget se rend sur place pour préparer le tirage au sort. Il croise un homme, pas rasé, pas coiffé, le regard hagard, mal habillé. « Guy ? – Désolé, j’ai pas de monnaie. – Mais c’est moi, Florent Serra ! – Florent Serra… Tu jouais pas au tennis il y a quelques années ? – Si si ! Même que je joue toujours !! – Tu fais quoi ce weekend ? – J’ai rendez-vous chez le coiffeur. – Désolé, tu dois annuler, je t’invite à Bercy, ça faisait longtemps que j’y pensais, et ton discours m’a convaincu. » Guy serre le poing et sourit.
17h45 : Arnaud Clément salue le nouveau directeur du tournoi et lui demande « Ça va, pas trop dur ? – Non, c’est pas si compliqué. Et toi, t’es prêt pour demain, je compte sur toi pour mettre le feu à la patinoire ! – Hein ? Moi faut juste que je prépare mes sandwichs… – Comment ça, tu joues pas ? – Ça fait six mois que j’ai arrêté… Mais si tu veux, j’ai rencontré un joueur de tennis hier soir dans un restaurant antillais. Josselin Ouanna qu’il s’appelle je crois. – Ah ouais, tu as son numéro ? » Le cœur plus léger, Guy Forget file rejoindre Jo-Wilfried Tsonga dans le studio Canal.

Samedi 26 octobre
9h04 : Après avoir passé deux heures à déplacer dans tous les sens ses 48 aimants sur son tableau Velleda, Guy Forget s’exclame : « Eh bien pour ma première édition, je sais pas si je préfère un Djokovic-Federer, un Djokovic-Tsonga ou un Tsonga-Murray ! Mais un Del Potro-Gasquet, ça aurait de la gueule aussi ! »

Dimanche 27 octobre
5h23 : Guy Forget se réveille en sueur. « J’ai rêvé que Federer jouait une finale de 2h44 cet après-midi à Bâle et qu’il déclarait forfait dans la foulée. » Il avale un comprimé et se recouche.
16h12 : Florent Serra vient d’être éliminé par le Polonais Jerzy Janowicz en 55 minutes. Dans son vestiaire il trouve des vêtements, un rasoir et un petit mot : « Bon courage pour ce soir. Si jamais tu as un souci, appelle-moi. Guy »
16h30 : Sport+ interrompt la diffusion de la finale de Bâle pour passer de la Pro D2 de rugby. Federer et Del Potro sont à un set partout. Guy Forget est blême. Mika Llodra qui passe pour regarder le match de rugby lui met un coup de coude. « Avec Nadal forfait, ce serait bête que Federer se bloque le dos comme en 2008, hein Guytou ? » Guy Forget avale un comprimé et se couche.
18h47 : Guy Forget est toujours assoupi devant la télé. Pour la troisième fois en deux minutes, son BlackBerry sonne. Il dit tout haut : « Numéro suisse, mieux vaut ne pas répondre. » Pressentant le danger, il repart se ravitailler en Prozac. Il croise Novak Djokovic avec une boîte de Smecta. A son retour, il trouve Mika Llodra au téléphone : « Non, ce n’est pas Guy Forget. Mais le voilà qui arrive ! Vous êtes Suisse, c’est ça ? » Guy Forget avale un comprimé, barre la ligne « Federer – Djokovic » de son carnet et se couche directement.

Lundi 28 octobre
9h21 : Guy Forget fait le pied de grue devant la Fnac Bercy. Il achète le Polonais pour les Nuls.
19h12 : Ramos et Berlocq, 4 victoires en indoor à eux deux en carrière, remportent chacun leur match. « J’aurais peut-être dû vérifier ce qu’on a signé avec Gerflor. »

Mardi 29 octobre
4h39 : Guy Forget se réveille en sueur. « J’ai rêvé que Djokovic est parti à Belgrade pour la nuit. » Il avale un comprimé et démarre le chapitre 4 du Polonais pour les Nuls : « Comment faire sourire un Polonais ? »
12h32 : Alors qu’il sert pour le match, Paul-Henri Mathieu rate 5 balles de match et se fait débreaker contre l’espagnol Bautista, 82ème mondial et issu des qualifications. Guy Forget prend un Prozac. « Toujours la même histoire, je savais que j’aurais dû prendre Escudé ! »
14h59 : Novak Djokovic va débuter sa conférence de presse. Guy Forget prend un Prozac.
15h00 : Novak Djokovic annonce qu’il participera bien au tournoi.
15h01 : Guy Forget fait l’avion autour de Bercy.
18h11 : Guy Forget croise Jerzy Janowicz dans les travées de Bercy. Il lui raconte une blague lue dans la nuit. Le Polonais lui signe un autographe et s’en va. Guy Forget rouvre son livre. « Ma prononciation devait pas être assez bonne. »

Mercredi 30 octobre
5h02 : Guy Forget se réveille en sueur. « J’ai rêvé que Djokovic menait 6/0 2/0 contre Querrey et rentrait aux vestiaires se faire remplacer par son frère. » Il avale un comprimé et se recouche.
12h20 : Richard Gasquet est éliminé contre le sud-africain Anderson. Dans son carnet, Guy Forget raye la ligne « Del Potro – Gasquet ».
17h43 : Guy Forget tombe sur Mika Llodra à la sortie de Bercy. Il vient d’éliminer Isner. Voyant Guy Forget tremblant avec son carnet, Llodra lui lance « Guy, t’as oublié de rayer Djokovic-Murray ! Mais t’en fais pas, tu peux encore rajouter Gillou et moi ! » Guy Forget s’exécute, prend un Prozac, et se couche.
21h35 : Pharmacie de garde. Guy Forget s’approche pour racheter du Prozac. Il salue Kei Nishikori qui en ressort avec des cartons de strap et du Doliprane 1g. Il arrive au comptoir, et entend : « Vous me mettrez une boîte de magnésium, une boîte de vitamine D, et du Guronsan. – Ce sera tout Monsieur Del Potro ? » Guy Forget décide d’acheter deux boîtes de Prozac.

Jeudi 1 novembre
4h57 : Guy Forget se réveille en sueur. « J’ai rêvé que Murray perdait en ayant eu une balle de match. Nieeeeeeee!* » Il avale un comprimé et se recouche.
11h36 : Guy Forget annonce à Gilles Simon que Nishikori est forfait. Il lui répond : « C’est marrant, j’étais à deux doigts du forfait moi aussi, mais Mika m’a raconté un truc délirant à propos d’un braquage de banque, j’ai rien compris mais je veux voir ça. »
16h12 : Jerzy Janowicz est dans le Players lounge. Guy Forget s’approche pour le féliciter. Le Polonais lui donne une serviette. Guy Forget avale un Prozac.
18h21 : Dans les couloirs de Bercy, un homme se balade avec une tenue Lacoste et une cagoule PSG. Il s’approche de Guy Forget et lui dit : « C’est un hold-up! » et s’en va. Guy Forget prend un Prozac.

* : « Nooooooon », en polonais

Vendredi 2 novembre
3h42 : Guy Forget se réveille en sueur. « J’ai rêvé que le seul joueur français qui ramène du public n’arrivait pas à retourner des services à 150km/h. » Il prend un Prozac et se recouche.
18h23 : Guy Forget lit à toute vitesse le dernier chapitre du Polonais pour les Nuls.
19h01 : Guy Forget va féliciter chaudement Jerzy Janowicz à l’issue de son match. Le Polonais finit par enlever ses écouteurs et lui dit : « Sorry ? »
19h12 : Alors qu’il note sur son tableau Velleda « Tipsarevic : abandon (fatigue) », il voit le Serbe en train de courir dans les couloirs pour rattraper son Eurostar. Il prend un Prozac.
23h43 : Guy Forget dit « A demain » à Llodra, qui est en train de lire la biographie d’Albert Spaggiari.

Samedi 3 novembre
2h12 : Guy Forget se réveille en sueur. « J’ai rêvé que Gilles Simon allait au resto japonais avec Julien Benneteau et se blessait à la main avec les baguettes. » Il prend un Prozac et se recouche.
15h56 : Guy Forget console en polonais Jerzy Janowicz sur le chemin des vestiaires et le félicite pour son parcours. Il lui répond : « Sorry, I don’t speak Spanish. »
16h30 : Mika Llodra entre sur le terrain couvert d’une cagoule en nylon, pointe du doigt Guy Forget et pose son sac sur sa chaise. Il prend une raquette, des DVD tombent. « Mesrine, l’ennemi public n°1 ».
19h01 : Llodra lève les bras après avoir battu Ferrer 0/6 7/6 7/6 et de joie rentre précipitamment aux vestiaires. D’autres DVD tombent de son sac : « Ocean’s Eleven », « Braquage à l’Anglaise », « Heat ».
20h11 : Pour fêter la finale franco-française du lendemain, Forget, Llodra, Benneteau et Simon vont au restaurant japonais. Forget vole discrètement les baguettes de Gilles Simon.
22h36 : Guy Forget rentre chez lui, soulagé que Gilles ne se soit pas blessé pendant le repas.

Dimanche 4 novembre
4h37 : Guy Forget dort toujours.
9h42 : Pour la première fois de la semaine, Guy Forget n’a pas fait de cauchemar. Il jette ses boîtes vides de Prozac.
12h28 : Avant la finale du double, Mansour Bahrami, Henri Leconte, Fabrice Santoro et Yannick Noah jouent un double au profit des victimes de braquages de banques. Gilles Simon entre en tribunes après son entraînement du matin et s’assoit à côté de Guy Forget.
12h41 : Après un lob de Fabrice Santoro sur Mansour Bahrami, Guy Forget constate que Gilles Simon ne regarde pas le bon côté. « Ça va Gilles? – Je crois que je me suis fait un torticolis. » Guy Forget cherche son Prozac, mais ne trouve qu’un CD de Stomy Bugsy signé « De la part de Théo ».

14h17 : Gilles Simon et Mika Llodra sont au centre du terrain pour la remise des prix. Gilles Simon porte une minerve. Guy Forget un brassard noir en signe de deuil pour le BNP Paribas Masters. Mika Llodra lance au public : « Quand j’étais petit, je jouais beaucoup à un jeu, ça s’appelait Le petit braqueur… c’était un jeu Braker Brothers ! » Guy Forget s’évanouit.

Lundi 5 novembre
10h03 : Guy Forget arrive en conférence de presse et annonce l’instauration pour la prochaine édition d’un gazon orange et un nouveau partenariat pour le tournoi qui devient le BNP Prozac Masters.

Share Button

Une réponse à Une semaine dans la vie de Guy Forget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *